Trajet depuis Tallin vers Riga, enfin, presque... / Journey From Tallin to Riga, quite that in reality...

Ok, c'est parti, direction Saaremaa, la plus grosse des îles à l'Ouest de l'Estonie. Je me mets donc à marcher vers le Sud, il pleut un peu, mais pas de soucis, je suis étanche, héhéhé !

Au bout d'une heure et demie, voyant que les habitations n'en finissent plus, je décide de prendre le bus (et ouais :( ). Le trajet de bus a quand même duré 20 min, ce qui sous-entend, d'après l'heure à laquelle je suis parti, que je serais arrivé à la nuit tombante à cet arrêt de bus...

Je me mets donc à faire un peu de Stop à l'arrêt, mais ça ne semble pas fonctionner et je décide donc d'aller à la station essence et supermarché 500m plus loin pour tenter ma chance là-bas.

Je trouve sur place une carte un peu plus détaillée que la mienne (j'ai juste une carte d'Europe, donc plus détaillé, c'est facile à trouver !) et prépare mon petit panneau qui devrait me mettre sur la bonne route.

10 min plus tard, une voiture s'arrête et, au volant, se trouve... la 6ème femme à oser s'arrêter pour le dangereux autostoppeur que je suis.

Manager de réceptionnistes en Angleterre, elle vient juste d'arriver en Estonie pour aller voir sa famille, Estonienne, qui se trouve aux alentours de Parnu dans le sud. Yehaaa, c'est ma route ! Bon, ok, c'est pas la route directe, mais bon, ça roule !

On discute donc joyeusement, j'en apprends un peu plus sur l'Estonie (la nourriture "Estonienne typique" est à base de viandes, patates et choux, ce qui explique pourquoi j'ai eu du mal à trouver quelque chose d'original. ) Je découvre le pays, car j'étais arrivé par bateau, et il se trouve qu'il y a énormément de forêts partout et, accessoirement, c'est bien arrosé comme pays ! D'après elle, 50% du pays est couvert par des forêts. Sympa comme endroit si vous voulez faire une rando.

Elle me dépose donc à Parnu, capitale de l'été (tout le monde y va pour la plage et tout ça...) et je me mets en route, plein Ouest, direction Virtsu, le port ou je peux prendre le ferry (et oui, je nage toujours aussi bien avec mon sac de 25 kg)

Ok, here we go, direction Saaremaa, the largest island in western Estonia. So I start walking south, it rains a bit, but no worries, I'm waterproof, hehehe!After an hour and a half, seeing that houses never end, I decided to take the bus (and yeah: (). The bus ride was 20 min long, which implies, according to the time I left, I would have arrived at nightfall at this bus stop ...

I therefore start to hitchhicke a bit at the bus stop, but it don't work , so I decided to go to the gas station and supermarket 500m further to try there.

I found a card on the spot a bit more detailed than mine (I have just a map of Europe and, therefore a card with more details, it is easy to find!) And prepare my small sign that should put me on the right way.

10 minutes later, a car stops and the driver, is ... the sixth woman to dare to stop for the dangerous hitchhiker I am.Receptionists manager in England, she has just arrived in Estonia to see her Estonian family , which is living around Parnu in the south. Yehaaa is my way! Ok, this is not the direct route, but hey, it works!

So we talk happily, I learn a bit more about Estonia (food "typically Estonian" is meat, potatoes and cabbage, which is why I struggled to find something original .)

I discovered the country because I arrived by boat, and it is there realy much of forests around and,  it is a well watered country! According to her, 50% of the country is covered by forests. As nice place if you want a hike.She therefore drop me out in Parnu, summer capital(everyone goes to the beach and all that ...) and I go on the road straight west towards Virtsu, the harbor where I can take the ferry (and yes, I still swim very well with my bag of 25 kg)

 

Je sors donc de la ville et me mets à faire du Stop juste après des travaux sur la route, ce qui oblige les voitures à ralentir. Ils peuvent pas me rater ! héhéhé !

10 min plus tard, une voiture s'arrête (décidément ça marche plutôt bien le Stop en Estonie) et je me retrouve donc en route avec un Avocat qui m'en dit un peu plus sur le pays (l'eau de mer là-bas est beaucoup moins salée que vers l'océan où la mer méditerranée, ce qui explique pourquoi il n'y avait pas cette fameuse odeur d'iode au bord de la mer), avec un accent bien prononcé.

Il revient de vacances, va voir des amis puis "chasser"... tu parles, j'explique le principe : deux groupes, un qui se met en ligne, l'autre qui va dans la forêt et fait du bruit pour faire peur aux animaux. Lorsque les animaux sortent, ils se font massacrer. C'est pas de la chasse, c'est du tir sur cibles mouvantes. Bon, au moins, ils mangent la viande après, c'est pas juste pour le plaisir de tuer des animaux... Il est fini le temps où on traquait le gibier dans la forêt :(

Bon, bref, il me dépose à la station essence au croisement entre la route allant de Pranu vers l'Ouest et celle allant directement vers Virtsu, le port. Étant donné qu'il fait bien nuit, je plante ma tente, me fais à manger et au lit !

Je me réveille le lendemain sous le doux bruit des gouttes de pluie sur ma tente (et meeeeerde !).

Flemmard que je suis, j'attends que ça passe et profite de la chaleur apportée par le soleil une fois que la pluie a cessé, en attendant que la tente sèche.

Je pointe le nez dehors et rentre vite dans la tente, il fait super froid là dehors ! Je m'habille et sors. 

Note personnelle : planter sa tente en direction du soleil levant, comme ça elle sèchera DES DEUX CÔTÉS !

Je commence à me préparer, fais sécher la toile supérieure de la tente pendant que je prépare mon sac et me remets en route, direction Virtsu. 

Étant donné qu'il n'y a pas beaucoup de voitures qui passent, je marche (23 km jusqu'au port) et me retourne pour chaque voiture sur le chemin et leur montre mon panneau.

Finalement, un minibus s'arrête et me dit de monter (en Estonien). Trajet gratuit jusqu'au port, c'est cool.

C'est marrant de voir un arrêt de bus au milieu de nulle part et des gens qui descendent :)

J'arrive donc au port et remercie le chauffeur.

So I leave the city and begin to do hitchhicking just after some works on the road, forcing cars to slow down. They can not miss me! hehehe!10 minutes later, a car stops ( it works quite well the hitchhicking in Estonia) and I find myself on the road with a lawyer who told me a bit more about the country (there, the sea water is realy less salty than the ocean or the Mediterranean Sea, this explains why there was not that famous smell of iodine in the sea), with a very pronounced accent.He returns from vacation, going to see friends then "hunt" ... of course... I explains the principle: two groups, one that stay in a line, the other goes into the forest , make noise to scare the animals. When animals come out, they are slaughtered. This is not hunting, it's moving targets shooting. Well, at least they eat meat after, it is not just for the pleasure of killing animals ... Gone are the days when we hunted wild game in the forest : (

Je prends donc un ticket de ferry (2,18 euro), traverse gentiment le petit bout de mer, rate le lâcher de voitures qui aurait peut-être pu me faire faire un bout de chemin et me mets en route. Le chemin est simple, c'est tout droit pendant 75 km ! Bon bah y'a pas une voiture à l'horizon, donc je me mets à marcher. 

J'ai du marcher pendant 1h30 avant le groupe suivant de voitures... Personne ne s'est arrêté. Je continue ma route et me retourne pour les quelques rares voitures qui passent. Finalement, environ 30 min plus tard, une voiture s'arrête avec un couple à l'intérieur (c'est rare, habituellement la personne est seule) d'une petit BMW. Ils sont sympas, ils viennent visiter l'Isle que lui connaît un peu, mais sa copine pas du tout. Ils vont voir des kangourous (ne me demandez pas ce que des kangourous viennent faire en Estonie...) et me proposent de venir avec eux. J'accepte, après tout, pourquoi pas ?

On se rend donc au lieu dit et... les kangourous sont en vacances d'hiver depuis le 15 septembre (oui, on est le 5 octobre...) On voit donc juste deux lamas et repartons.

Ils me déposent au début de l'île de Saarema (il y a 2 îles, Hiiumaa (Muhu) où le bateau arrive et, au Sud, Saarema) et je me remets donc en route. Jolis paysages.

Je marche et, finalement, une voiture passe (rare !) et s'arrête (rare !²). Un gros barbu au volant et sa femme juste à côté. Elle ne parle pas Anglais mais semble comprendre et lui parle un peu d'Anglais, c'était sympa de discuter avec eux. Il est artiste, peintre et sculpteur et ils rentraient chez eux depuis le lieu de leur exposition.

Ils m'emmènent donc jusqu'à Kuressaare, m'indiquent une auberge et il me donne même sa carte, si il m'arrive un problème, comme ça je peux l'appeler avec le téléphone que je n'ai pas :D

Je me retrouve dans une chambre et non un dortoir, prends place, puis, après une douche, sors faire un tour en ville et voir le fameux château.

So I took a ferry ticket (2.18 euro), crosses the little bit of sea, miss the release of cars that might be able to drive me a part of the way and start to walk on the road. The path is simple, is straight ahead for 75 km! Bah there's no car at the horizon, so I start walking .I had to walk for 1:30 h before the next group of cars ... Nobody stopped.

I continue my journey turn back for the few passing cars. Finally, about 30 minutes later, a car stops with a couple inside (this is rare, usually the person is alone) a small BMW. They are friendly, they come to visit the Isle that he knows a little, but not his girlfriend. They will see kangaroos (do not ask me what kangaroos come to do in Estonia ...) and invite me to come with them.

I agree, after all, why not?So we went at the place said and ... kangaroos are on their winter holidays from September 15 (yes, it is October 5th ...) We thus see just two llamas and went away.They drop me out at the beginning of the island of Saaremaa (there are 2 islands, Hiiumaa (Muhu) where the boat arrives and at South, Saarema) and so I'm back on the road. Beautiful landscapes.

I walk, and finally, a car passes (rare) and stops (rare! ²). A big bearded man at the wheel and his wife next to him. She does not speak English but seems to understand and him can speak a bit of English, it was nice to chat with them. He is an artist, painter and sculptor, and they returned home from the place of their exhibition.So they bring me to Kuressaare, show me an hostel and he gave me his card even if a problem happens to me, so I can call with the phone I do not have: D

I find myself in a room and not a dorm, take place, and after a shower, go for a walk in the city and see the famous castle.

La ville semble sympa mais vraiment petite. Le château, quant à lui, est de taille correcte et une fois après avoir payé pour entrer (Gromph !) je trouve d'abord une exposition sur les animaux et plantes peuplant l'île de Saarema, puis je tombe sur des expositions et explications de l'évolution de l'île depuis la préhistoire jusqu'à il y a environ 20 ans, en passant par l'époque de la chevalerie et du communisme (communisme qui a complètement enfermé le pays sur lui-même, ce qui explique pourquoi très peu d'Estoniens de plus de 40 ans savent parler Anglais).

Exposition intéressante, on m'a foutu dehors en plein milieu  :'(

Je vais donc voir le coucher du soleil, prends quelques photos et vais passer une petite soirée dans un bar, pour lire un peu étant donné que la ville est un peu morte. Je lisais tranquillement, jusqu'à ce qu'un gars vienne s'asseoir directement sur mon sac et ma veste (il était complètement bourré) et vite rejoint par un de ses amis avec qui j'ai passé un petit moment à parler avant qu'ils repartent et que je replonge dans mon livre. J'ai appris que la ville est morte durant l'hiver car, premièrement, il y a beaucoup de touristes l'été et, deuxièmement, beaucoup d'Estoniens ont une maison de campagne sur place.

 

The city seems nice but really small.

The castle, meanwhile, is of a good size and once after paying to enter (Gromph!) I first found an exhibition of plants and animals inhabiting the island of Saaremaa. Then I come across exhibits and explanations of the evolution of the island from prehistoric times to about 20 years ago, through the age of chivalry and communism (communism has completely locked up the country itself, which is why only few Estonians over 40 years can speak English).

Interesting exhibition, I was thrown outside in the middle :'(

So, I go to see the sunset, take some pictures and will spend a nice evening in a bar, to read a bit because the city is a bit dead. I read quietly until a guy come to sit directly on my bag and my jacket (he was completely drunk) and soon joined by a friend with whom I spent a bit of time talking before they leave, and I plunged back into my book. I learned that the city is dead during the winter because, first, there are many tourists and, secondly, many Estonians have a second house there.

Le lendemain, dimanche, je vais me balader dans la ville histoire de voir un peu comment elle est. C'est plutôt un grand village qu'une ville mais, pour l'Estonie, c'est une ville. Je passe un peu de temps aussi sur les PC de l'auberge car, après tout, il faut que je traduise ce site en Anglais aussi !

Je sors encore, vais voir le coucher du soleil qui est caché par les nuages, vais lire et, en fin de compte, ne fais pas grand-chose, ce qui est reposant.

En tous les cas, l'endroit et sympa et joli, mais doit être bien mieux lorsqu'il y a de la vie dedans.

Tout ferme tôt le dimanche, donc retour à l'hôtel et je finis mon livre (j'ai plus qu'à trouver le tome suivant...).

The next day, Sunday, I go around the city just to see a bit how it is. It is rather a large village than a city, but for Estonia, it is a city. I spend a bit of time on the computer at the hostel, because, after all, I need to translate this site into English too!I go out again, go to see the sunset which is hidden by clouds, go to read, and, in the end, do not do much, which is relaxing.In all cases, the place is friendly and nice, but should be much better when there is life inside.Everything closes early on Sunday, so back to the hotel and I finished my book (I need to find the next one...).

J'ai donc passé une bonne nuit à l'hôtel et me mets en route, direction Riga, la capitale de la Lettonie.

Planning habituel, faire le sac, marcher en dehors de la ville (dans la bonne direction, accessoirement) et faire du Stop.

J'ai eu à marcher assez longtemps, ce coup-ci, avant qu'une voiture, avec un Estonien et son fils, s'arrête. Sympas, même si on a peu parlé. Ils m'avancent de 20 km. Ça va plus vite en voiture !

Je me remets en route, marche un peu et, finalement, un camion s'arrête.

Le chauffeur correspond plutôt bien à l'image du camionneur de base, plutôt gras, crâne rasé, l'air gentil, il va jusqu'à Tallin et peut donc m'avancer jusqu'au croisement entre la route allant vers Parnu et celle allant directement vers Tallin.

Il était sympa, essayait de communiquer, mais son Anglais était vraiment très limité et il ne parlait pas en utilisant ses mains et, de plus, l'Estonien ne ressemble à aucune langue que je connais, donc la conversation était limitée.

Il me dépose donc à la fameuse station service où j'avais passé une nuit en allant vers Saaremaa. Ce coup-ci, je me mets à marcher en direction de la ville... Je marche, marche, marche, une voiture passe... pas de bol... etc. etc. la 5 ou 6ème voiture (soit 2h plus tard) s'arrête et je trouve au volant une vieille dame qui ne parle pas un mot d'Anglais mais me dit qu'elle peut m'avancer de 10 km. C'est toujours bon à prendre.

J'essaye de communiquer, mais elle ne semble pas vouloir faire d'efforts, donc silence radio.

Je sors et me remets à marcher. Une petite demi-heure plus tard, un camion s'arrête. Au volant un vieux Monsieur avec une jolie moustache et parlant un peu Anglais. Il va jusqu'à Tartu, une ville à l'Est de Parnu et peut donc me déposer dans la ville.

Il est sympa et essaye de communiquer, il parle avec les mains et son peu d'Anglais mélangé à un ou deux mots d'Allemand. Le tout combiné, je comprenais pas mal et, en parlant Anglais avec des mots simples et en mimant, j'arrivais à me faire comprendre. Le trajet était vraiment sympa, il appelle par radio un conducteur de camion Lettonien et lui demande s'il peut me prendre. Apparemment, non. Il me dépose donc sur la route en direction de Riga, mon objectif.

La nuit approche mais n'est pas encore là, donc je décide d'essayer de faire du Stop, après tout, on sait jamais !


So I had a good night at the hotel and hit the road in the direction of Riga, capital of Latvia.Usual planning , do the bag, walking out of the city (in the right direction, incidentally) and do hitchhicking.

I had to walk quite a long time this time, before a car with an Estonian and his son stops. Nice, although not much has been said. They bring me to 20 km further. It's quicker by car!

I'm back on the road, walk a bit, and finally a truck stop.The driver corresponds rather well to the image of the basic truck driver, rather fat, shaved head, looks nice, he goes to Tallinn and he can bring to the junction between the road towards Parnu and the one going directly to Tallinn.

He was fun, trying to communicate, but his English was very limited and did not speak using his hands and, in addition, the Estonian language is unlike any that I know, so the conversation was limited.

So he dropped me off at the famous station where I spent one night during the journey to Saaremaa.

This time, I start to walk towards the city ... I walk, walk, walk, a car passes ... no luck ... etc.. etc.. the 5 or 6th car (or 2 hours later) stops and I find at the wheel an old lady who does not speak a word of English but told me that she can lend me 10 km further.

It is always good to take.I try to communicate, but she does not seem to make an effort, so radio silence.

I go out and walk again. Half an hour later, a truck stops.

The driver was an old man with a nice mustache and spoke a little English. He goes to Tartu, a city at the east of Parnu and can drop me off in the city of Pranu.He is nice and tries to communicate, he speaks with his hands and his little English mixed with one or two words of German. All combined, I quite understand, and speaking English with simple words and mimicking, I could make myself understood. The ride was really nice, he radioed a Latvian truck driver and asks if he can take me. Apparently not.

So He dropped me off on the road to Riga, my goal.Night is coming but is not here yet, so I decided to try to do hitchhicking, after all, you never know!

 

Un petit quart d'heure plus tard, une voiture se met en plein phares pour voir mon panneau et s'arrête. Le conducteur doit avoir dans les 30 - 34 ans et va en direction de Vilnius, la capitale de la Lituanie et il se trouve que Riga est sur la route.

On se met donc en route, il est vraiment sympa, fan de sucreries, type gâteaux, desserts etc. Il me fait goûter un dessert typique Estonien à base de crème fraîche, une sorte de gâteau spongieux et de la confiture de framboises. Pas mal du tout, même si les framboises sont clairement des framboises industrielles.

Apparemment, sa mère pratique la médecine par les plantes et il a, avec lui, un thé étrange au goût très fin, fait à base de... Pissenlit  O.o

On passe donc le trajet à parler d'un peu tout, moi de la France, lui des pays Baltes. Je lui conseille d'aller faire un tour dans une pâtisserie française s'il va en France, étant donné qu'il aime bien le sucre. Ça devrait lui plaire...

Après lui avoir dit que j'écris tout ce qui se passe dans mon voyage sur le site que vous avez sous les yeux, il me propose de prendre place, en tant que journaliste, dans un voyage effectué entre la Lituanie et l'Ukraine pendant 3 jours pour commémorer les 650 ans de la défaite de l'armée dorée, armée Mongole de Gengis Khan face aux Lituaniens.

Ils veulent aussi présenter un tableau et expliquer l'histoire en Belgique afin de faire un rapprochement entre la Belgique et la Lituanie.

Et moi, dans tout ça ? J'aurai à suivre le tout et à raconter (sur ce site) ce que je vois, comprends et ce que je trouve intéressant, après quoi, peut-être que mon texte sera retravaillé et publié quelque part. On verra bien :)

J'ai accepté, et nous sommes donc partis en direction de Vilnius en laissant Riga derrière nous. En cours de route, Tomas (mon chauffeur) a eu un sérieux creux dans l'estomac et m'a donc proposé de manger des Kibinai qui sont des pâtes feuilletées avec de la viande ou autre chose dedans et apparemment typiquement Lituaniens, le tout accompagné de Gira qui est une boisson faite à base de pain. Intéressant tout ça et plutôt bon !

Nous arrivons ensuite chez une amie (la copine ?) de Tomas chez qui nous passerons la nuit. Étant donné l'heure, nous ne nous sommes pas éternisés. Elle semble sympa, me parle en Allemand car elle parle moins bien Anglais, mais comprend l'Anglais... Et moi je parle Anglais et comprends l'Allemand. Mélange intéressant :)

A quarter of an hour later, a car turns full lights to see my sign and stops. The driver must be within 30 - 34 years old and going in the direction of Vilnius, capital of Lithuania, and it turns out that Riga is on the road.

We therefore starts rolling, he is really nice, fan of sweets, type cakes, desserts etc.. He makes me taste a typical dessert Estonian based on cream, a kind of sponge cake and raspberry jam. Not bad at all, even if the raspberries are clearly industrial raspberries.Apparently, his mother practiced herbal medicine and has with him a strange tea taste fine, made ​​from ... dandelion O.Ö

Therefore we spend time speaking a bit of everithing, me of France, him the Baltic countries. I advised him to go for a walk in a French patisserie if he goes in France because he likes sugar. That should please him ...

After telling him that I write everything that happens in my journey on the website that you have before you, he proposes me to take place, as a journalist, in a trip between Lithuania and Ukraine for 3 days to commemorate the 650 anniversary of the defeat of the golden horde, Mongol army of Genghis Khan, facing Lithuanians.

They also want to present a painting and explain the history in Belgium to make a connection between Belgium and Lithuania.And I in all this? I have to follow everything and tell (on this site) that I see and understand what I find interesting, then, maybe my text will be reworked and published somewhere. We'll see :)

I agreed, and so we went towards Vilnius leaving Riga behind us. Along the way, Tomas (my driver) took a serious dip in the stomach and he therefore proposed to eat Kibinai which are puff with meat or something else inside and apparently typically Lithuanians, accompanied of Gira which is a drink made of bread. All that is interesting and quite good!

We arrive then at the house of a friend (girlfriend?) of Tomas in whose house we spend the night. Given the time, we did not taked to much time to go to bed. She seems nice, talk to me in German, because she speaks less English, but understand English ... And I speak English and understand German. Interesting mix :)

 

Le lendemain, je me réveille après que Egle soit partie, avec son fils, à l'école (elle est prof de musique), me lave à l'eau froide (c'était ma faute, mal compris ce qui m'avait été demandé pour la chaudière :s ), écris un peu sur ce site et pars avec Tomas en direction de Kaunas, ville à l'ouest de Vilnius d'où le voyage partira.

Encore un voyage sympa en compagnie de Tomas. Une fois arrivé sur place, je me retrouve avec beaucoup de Lituaniens (+/-30). Seul Audrus, un journaliste et Inga, une historienne, parlent anglais... La communication va être difficile, on verra bien !

Nous nous mettons donc en route pour l'Ukraine ! (20h de bus O.o).

Les bouteilles de vodka ont vite fait d'apparaître. Cela permet de "briser la glace"... Bon, je ne suis vraiment pas fan d'alcools forts, spécialement la vodka, car celle qu'on a en France est comparable à de l'alcool à 90 degrés, mais j'accepte par politesse. Je dois avouer que la leur n'avait rien à voir, c'était même plutôt bon à boire...

Apparemment, ils ont la coutume de finir une bouteille commencée, mais quand une bouteille est finie, ils ont la coutume d'en ouvrir une autre... J'espère que c'était une blague !

N'empêche que pour briser la glace, c'est efficace. J'ai commencé à sympathiser avec certains, principalement Inga, l'historienne, car elle parle Anglais (solution de facilité) tente de communiquer et / ou communique avec les autres. J'apprends à parler avec les mains pour me faire comprendre, ce qui ne marche pas toujours très bien mais je m'en sors et, en cas de besoin, Audrus et Inga peuvent traduire pour moi :D

Tout le monde semble être vraiment sympa, spécialement avec moi (Thomas a essayé de me mettre en garde sur le fait qu'ils seront un peu impressionnés car je suis Français... C'est assez dérangeant, je considère tout le monde d'égal à égal, donc la pire chose pour moi est d'être considéré comme "meilleur ou plus important". Je suis un humain comme les autres, je suis juste moi :) )

 

On m'a demandé de faire un reportage sur leur communauté et sur l'Ukraine, vous allez donc avoir une visite détaillée des lieux et de tout ce que je vois !

Les braves ne vivent peut-être pas longtemps, mais les prudents ne vivent pas du tout.  

Richard Branson

 

The brave may not live long, but the cautions don't live at all. 

Richard Branson

 

Arrivé à Rome le 15 mars !

 

Arrived at Roma on the 15th of March!

Le voyageur ne connaît rien de l'endroit où il va, le touriste ne connaît rien de l'endroit où il est allé.

The traveler knows nothing of where he goes, the tourist knows nothing of where he went.

Lisez la suite de mon voyage sur :

Read the rest of my travel on :

 

http://zepeu-s-world-2013.jimdo.com

Mon tour du monde en stop ?

http://florianthehitchhiker.jimdo.com