Arrivé à... heuuu... en Slovaquie le 27 Novembre

 

  Arrived at... heuuu... in Slovakia on the 27 of November

 

Premiers pas en Slovaquie
Premiers pas en Slovaquie

Jour 1

 

Et bien voilà, je suis en Slovaquie. Réveil sous la tente, la nuit a été chaude dans le sac de couchage et la journée s'annonce ensoleillée.

Je plie ma tente et me mets en route. Je finis de monter la montagne en suivant la route et redescends vers le village juste derrière.

Je remplis mes bouteilles d'eau grâce à une source au bord de la route et demande mon chemin à une dame qui passait par là avec ses enfants. Apparemment, le Stop marche en Slovaquie, elle me dit qu'elle en faisait quand elle était plus jeune. C'est encourageant.

Je continue donc de marcher en faisant du Stop pour les quelques rares voitures passant par là.

J'arrive à un petit hameau et achète un petit déjeuner, trouve un bout de carton et continue ma route.

Juste à la sortie du hameau, une camionnette s'arrête pour moi. Il m'avait dépassé juste avant et m'avance un peu sur ma route vers Poprad, la ville que je tente de rejoindre. Il me laisse dans un village et je continue. À la sortie du village, une autre personne s'arrête. Il parle un peu Anglais et est sympathique. Il me prévient que la Slovaquie est un "grand petit pays" et me laisse vers la sortie de sa ville.

Enfin, une dernière voiture s'arrête et m'amène jusqu'à Poprad. Apparemment, c'est un chasseur, d'après l'étui à fusil à l'arrière et il ne parle pas Anglais... ni Allemand et encore moins Français... et ne tente même pas de communiquer.

Le pays est joli, il y a des montagnes partout autour et des plaines au millieu. En plus, il fais beau !

  Je remarque aussi qu'ils ont aussi des gros immeubles type HLM, mais les leurs ne sont pas avec ce blanc cassé pourri qu'on a partout en France. Beaucoup sont peints en vert, jaune, orange, rouge, avec juste des gros rectangles de couleur ou complètement peints. C'est quand même plus sympa. De même pour les maisons qui sont d'un peu toutes les couleurs.

  Je commence donc à faire du Stop à l'arrêt de bus où le dernier Monsieur m'a laissé mais finis par avancer dans la bonne direction car l'endroit ne me semble pas idéal.

  Je marche donc le long de la route, vérifie deux fois que je suis dans la bonne direction, continue de marcher, toujours en montrant mon panneau... Je rejoins des bretelles d'entrée et sortie, traverse vite fait, fais du Stop sur la bretelle de sortie à l'endroit le plus improbable en me disant que, de toute façon, personne ne s'arrêtera jamais ici... Erreur ! Une voiture s'arrête à 15 - 20 m de moi.

  Apparemment, il va dans la même direction que moi, ce qui est très bien !

 

La source
La source

Day 1

Well, so, I am in Slovakia. Awakening under the tent, the night was warm in the sleeping bag and The day promises to be sunny.
I fold my tent and goes on the road. I finished to climb the mountain along the road and back down to the village behind.
I filled my water bottles with a source at the edge of the road and asked my way to a lady who was passing by with her children. Apparently, the hitchhicking work in Slovakia, she told me she did when she was younger. This is encouraging.
So I continue to walk and doing hitchhicking for the few cars passing by.
I arrived at a small hamlet and buy a breakfast, find a piece of cardboard and continue my journey.


Just outside the village, a van stops for me. He had passed me just before and brings me forward on my way to Poprad, the city that I'm trying to reach. He leaves me in a village and I continue. At the end of the village, another person stops. He speaks a little English and is friendly. He warned that Slovakia is a "big little country" and drop me out of his city.
One last car stops and brings me to Poprad. Apparently, this is a hunter, according to the gun case in the back and he does not speak English ... German or and even less French ... and does not even attempt to communicate.
The country is beautiful, there are mountains all around and plains in the middle. In addition, the sun is out!

I also notice that they also have large buildings , but theirs are not with this rotten white that we got everywhere in France, many are painted in green, yellow, orange, red, with just big rectangles of color or completely painted. It's still nicer. Same for homes that are a bit of all colors.

So I start to hitchhick at the bus stop where the last person left me but finish by moving in the right direction because the place does not seem ideal.
So I walk along the road, check twice that I am in the right direction, keep walking, always showing my panel ... I join input and output road ways, cross quickly, doa bit of hitchhicking on the exit ramp to the most unlikely place thinking that, anyway, nobody will ever stops here ... Error! A car stops at 15 to 20 m from me.
Apparently, he goes in the same direction as me, which is great!

 

Je me retrouve donc en voiture avec Roberto, DJ et son chien, Lutti (très calme et gentil chien) qui va vers Banska Bystrica pour mixer de la musique dans un bar. Il se trouve que Banska Bytrica est aussi sur ma route (il y a deux routes pour aller à Bratislava) et il me propose donc de venir avec lui jusqu'à là-bas et boire une petite bière dans le bar avant de repartir.

Il est DJ, mais ça ne veut pas dire qu'il ne mixe que du rap, de la techno et du Rnb. On a donc passé pas mal de temps à parler musique, Jazz etc. Son anglais est approximatif mais, mixé à un peu d'Allemand, je parviens à le comprendre.

On continue donc notre route joyeusement et arrivons à Banska Bytrica, au dit bar.

On entre et buvons une petite bière. Le pizzaiolo (ils font des pizzas dans le bar) parle bien Anglais, ça aide un peu. On me dit que Banska Bytrica est une jolie petite ville et que ça pourrait être sympa pour moi de la visiter... Étant donné mon planning extrêmement chargé (aucun planning), pourquoi pas ? Je recherche donc une auberge de jeunesse grâce à un téléphone et en trouve une. La patronne du bar m'invite à partager sa pizza (végétarienne avec du bacon...) et je vais donc pour trouver l'auberge pour déposer mon sac à dos et prendre une douche au passage.

Je vais dans la bonne rue, au bon endroit... rien.

Je demande à quelqu'un... il me dit que c'est au numéro 17... le 17 est complètement dans le noir, il n'y a rien qui indique une auberge, on peut entrer, mais toutes les portes sont bloquées par des grilles... super ! Je ressors et demande à deux personnes passant par là. Ils me disent que oui, c'est bien là. Ils viennent avec moi dedans et essayent de trouver la dite auberge... ils appellent les renseignements, trouvent deux ou trois noms d'autres auberges, puis... des gens descendent des escaliers. On monte donc à l'auberge qui était bien là mais qui est complète...

Ok, on sort, on parle un peu et Tomas me propose de passer la nuit chez lui ce soir et on verra demain. Pourquoi pas ?

La femme, Csilla me propose de venir avec eux pour manger une pizza (justement, la veille, je me disais que je mangerais bien une bonne grosse pizza...). Pourquoi pas ?

On va donc à une pizzeria où on me sert une pizza de 40 cm de diamètre (c'est vraiment gros) et Tomas et Csilla parlent en Slovaque à propos de leur boulot. Apparemment, Csilla possède une école privée et Tomas est le directeur de l'école... à 27 ans.

Ils me disent que leur école n'est pas une école standard et me proposent de venir le lendemain pour voir un peu l'école et parler de mon voyage aux enfants lors de leur cours d'Anglais. Après tout, c'est le minimum que je puisse faire !

Par la suite, je suis Tomas jusqu'à son petit appartement où je dépose mon sac et on va au Bar où j'étais pour boire une bière et pour que je puisse voir (et écouter) Roberto faire son boulot. On va donc boire une bière, Roberto me propose de venir sur place le lendemain vers 12h mais je ne saisis pas vraiment pourquoi. Enfin, bref, ok !

On parle un peu, et Tomas semble être complètement fana de randonnée. J'avais ma carte d'Europe avec moi et il me montre les différentes montagnes sur la carte, avec tous les noms. Donc, 4 bières plus tard (oui, l'idée était 1 bière), on va vers l'appartement de Tomas. Il me montre quelques vidéos qu'il a faites, vidéos de rando, et on parle un peu avant de se coucher. Heureusement que j'ai toujours tout le matériel sur moi pour dormir n'importe où !

 

I find myself in a car with Roberto, DJ and his dog, Lutti (very quiet and friendly dog) going to Banska Bystrica to mix music in a bar. It turns out that Banska Bytrica is also on my way (there are two roads to Bratislava) and he proposes me to come up with him there and drink a beer in the bar before leaving.
He is a DJ, but it does not mean that he mixes just rap, techno and RnB. So we spent a lot of time talking about music, Jazz etc.. His English is approximate but mixed with a bit of German, I manage to understand.
So we continue our journey and arrived happily in Banska Bytrica at the said bar.

We go in and drink a beer. The pizza maker (they make pizzas in the bar) speaks good English, it helps a bit. I am told that Banska Bytrica is a pretty little town and it might be nice for me to visit ... Given my extremely busy schedule (no schedule), why not? I look for an hostel with a phone and find one. The boss of the bar invited me to share her pizza (vegetarian with bacon ...) and I go out to find the hostel to drop my backpack and take a shower .


I go in the right street in the right place ... nothing.
I ask someone ... he told me that it is at the number 17 ... 17 is completely in the dark, there is nothing to indicate a hostel, you can enter, but all the doors are blocked by gates ... super! I come out and ask two people passing by. They tell me that yes, it is there. They come in with me and try to find the inn ... they call information, they get two or three names of other hostels, and ... people descend stairs. We therefore went up to the hostel which was there but that is full booked ...
Ok, we go out, we talk a bit and Tomas invited me to spend the night in his flat tonight and we'll see tomorrow. Why not?
The woman Csilla offers me to join them for a pizza (just the day before, I thought I would light to eat a big fat pizza ...). Why not?

We go therefore to a pizzeria where I have recieved a pizza of 40 cm in diameter (it's really big) and Tomas and Csilla speak in Slovak about their work. Apparently, Csilla has a private school and Tomas is the director of the school ... at 27 years.
They tell me that their school is not a standard school and invite me to come the next day to see a bit the school and talk about my trip to the children during their English classes. After all, this is the minimum I can do!
Thereafter, I follow Tomas to his small apartment where I put my bag and we go to the bar where I was to drink a beer and I can see (and hear) Roberto do his job. So we'll have a beer, Roberto offered me to come in the next day around 12am but I do not really understand why. Anyway, ok!
We talk a bit, and Tomas seems to be a complete lover of hiking. I had my map of Europe with me and he shows me different mountains on the map, with all the names. So, 4 beers later (yes, the idea was one beer), we go to the apartment of Tomas. He showed me some videos he made, hicking videos, and we talk a bit before going to bed. Fortunately I have always all material with me to sleep anywhere!

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Masticating Juicer (samedi, 20 avril 2013 22:04)

    This is a great post! Thanks for sharing with us!

Place principale de Banská Bystrica
Place principale de Banská Bystrica

Jour 2

 

Réveil à... 7 h du matin pour aller en cours... C'était pas facile mais ça s'est mieux passé que je pensais. Un thé, de la vitamine C et c'est parti !

On va donc à l'école, Tomas me fait un peu visiter, me présente à différents profs, dont la prof d'Anglais et la prof de Français qui disparaît très vite pour donner son cours, mais m'invite à venir dans l'après-midi à l'Alliance Française pas très loin de là.

On change d'endroit et allons dans le bureau de Tomas où me sont remis un petit sac en toile et un T-shirt avec un "arbre de la vie" dessus et pas mal de mots gentils faisant le feuillage, en Slovaque.

Je bois un thé, ce qui devrait me permettre d'éviter de m'endormir en cours et on va en cours, justement.

Je me retrouve donc face à 6 élèves de 11 - 12 ans et la prof d'Anglais leur demande de deviner d'où je viens... Angleterre ? Espagne ? Hongrie ? USA ? Ils en ont fait un bon paquet, mais la France est pas venue dans les esprits... Ensuite, elle dit qu'on fait du pain et du vin... Pas mieux. Par contre, pour le fromage, la seconde d'après c'était bon !

Je me présente donc, apprends, après un bref calcul, que ça fait plus de 100 jours que je suis parti et leur montre mon chemin sur la carte. Comparé aux Français, ils ont un bon Anglais à cet âge-là. Spécialement l'une d'entre eux.

Sur ce, on les laisse reprendre le cours normalement en attendant l'autre demi-groupe. Tomas me fait donc faire le tour de l'école et me demande comment c'est en France... J'avoue que je ne savais pas trop quoi répondre. Dans les écoles où j'étais, il n'y avait pas autant de décorations partout, sinon, je ne sais pas, je vois que les petits Slovaques ont un bon niveau d'Anglais...

On va donc ensuite dans la même classe pour le deuxième cours. Ils ont triché, ils ont parlé avec ceux du cours précédent, donc ils savaient que je suis Français (en même temps, il fallait s'y attendre). Dans ce groupe, ils semblaient moins timides et/ou avaient un meilleur Anglais, mais c'est surtout les filles qui parlaient. Donc, on refait la même chose et on les laisse finir leur cours. On va dans le bureau de Tomas où il apprend qu'il a un peu de temps libre car pas de travail. On sort donc et il me fait un peu visiter la ville. On monte en haut d'une tour sur la place centrale, tour qui n'est pas très, très droite et il me montre la ville vue d'en haut et toutes les montagnes (avec leurs noms) qu'on voit à l'horizon.

On redescend donc de là-haut et il me propose d'aller manger LE plat national, nomme Haluski. C'est tout un tas de petite choses blanchâtres faites à base de... pommes de terres (et ouais, l'Europe de l'Est) hachées avec de la farine, de l'oeuf et je ne sais plus quoi et le tout bouilli. Servi avec une sauce et des lardons, c'est plutôt bon mais subtil. Ne faut pas s'attendre à avoir un gros goût qui explose dans la bouche.

Sur ce, on ressort de là, on va faire un petit tour a l'extérieur du musée sur l'insurrection Slovaque (qui, apparemment, a commencée dans cette ville) puis il part à l'école pour son boulot et moi au bar pour retrouver Roberto.

  Roberto venait à peu près de se réveiller. On ne fait pas grand-chose en attendant le patron, Marek.

Il arrive et me propose de dormir dans le bar ce soir, dans la petite pièce juste derrière le four à pizza, bien au chaud.

Je reste un peu avec eux, ça parle Slovaque de partout, me sens abandonné :'(

Des Halusky
Des Halusky

Day 2

Wake up at ... 7 am to go to school ... It was not easy but it went better than I thought. Tea, vitamin C and let's go !
We go therefore in school, Tomas makes me visit a bit, introduced me to various teachers, including the English teacher and French teacher who disappeared very quickly to give her lesson, but invited me to come in afternoon at the French Alliance not far away.
We go somewhere else and go into Tomas office where there is handed to me me a small canvas bag and a T-shirt with a "tree of life" on it and a lot of kind words for foliage, in Slovak.
I drink tea, which should allow me to avoid falling asleep during the lesson and we will precisely go to the lesson.
I find myself face to 6 students of 11 to 12 years and the English teacher ask them to guess from where I come from ... England? Spain? Hungary? USA? They said a good package, but France has not come in the minds ... Then she said that we do bread and wine ... Not better. But , for cheese, the next second it was done!
I therefore present myself, learn, after a short calculation, it is more than 100 days since I went on my way and shows them my journey on the map. Compared to the French students, they have a good English at that age. Especially one of them.
On this, we let them finish normally their lesson while waiting the other half of the group. Therefore, Tomas make me do a tour in the school and wonder how it is in France ... I confess that I did not know what to say. In the schools where I was, there were not many decorations everywhere, otherwise I do not know, I see that the little Slovaks have a good level of English ...

We go therefore in the same class for the second lesson. They cheated, they spoke with those of the previous lesson, so they knew that I am French (at the same time, it was to be expected). In this group, they seemed less shy and / or had better English, but it is especially girls who were talking. So we did the same thing and letted them to finish their lesson. We go into Tomas office where he learns that he has a bit of free time because no work. So we go out and it makes me visit a sightseeing. We climb up a tower on the central square, tower which is not very, very right and he showed me the city from the top and all the mountains (with their names) we see at the horizon.
So we go down up there and he offers me to eat THE national dish called haluski. This is a whole bunch of little white things base made of ... potatoes (and yeah, Eastern Europe) chopped with flour, egg and I do not know what and everything boiled. Served with a sauce and bacon is pretty good but subtle. Do not expect to have a great taste that explodes in the mouth.
On this, we go out of there, and go to give a small look at the outside of the museum about the Slovak uprising (which, apparently, has began in this city) and then he went to school for his job and me at the bar to find Roberto.
Roberto was about to wake up. We don't do much while waiting the boss Marek.
He arrives and offers me to sleep in the bar that night, in the small room behind the pizza oven, well warm.
I stay a bit with them, it speaks Slovak everywhere, feel abandoned: '(

Musée sur l'insurrection
Musée sur l'insurrection

Puis je vais à l'alliance Française voir un peu ce que ça peut être. Je monte tout en haut du bâtiment et demande à la réceptionniste/assistante si Charlène est dans les environs (en Français, ce qui est le minimum étant donné le nom de l'endroit).

Je retrouve donc Charlène dans son bureau et elle me fait découvrir ce que sont les Alliances. Ce sont des associations qui tentent de faire un lien entre deux pays (en l'occurrence, la Slovaquie et la France) en faisant découvrir les cultures et en donnant des cours de langues. Elle n'a pas beaucoup de temps et beaucoup de travail, donc m'invite à passer le lendemain pour voir un peu les ateliers qu'ils feront... et elle me signale que, ce soir, des personnes se retrouveront pour un meeting Anglais, qui se tient.... dans le bar où je vais dormir. Très bien, j'ai même pas à bouger.

Sur ce, retour au bar où je passe le reste de l'après-midi à lire un peu, parler avec Monica, la serveuse qui parle très bien Français malgré son accent Slovaque. Roberto va mixer dans un autre bar mais je suis complètement crevé et n'ai donc aucune motivation pour bouger. Je reste donc sur place et, le soir, il n'y a personne qui parle Anglais... et pas grand monde en tous les cas. Je tente d'appeler Charlène, pour savoir ce qui se passe, et il se trouve que le numéro qu'elle m'a passé a un chiffre de trop... mais lequel ?

Bon bah je continue sur ma lancée et parle avec Monica, le pizzaiolo et d'autres. Vers 23h30, Roberto rentre et se met à picoler avec le pizzaiolo. Ça me permet de goûter quelques alcools divers.

Vers minuit, minuit et demie, alors que Roberto et le fameux Pizzaiolo sont en train de beugler comme des sauvages et qu'il ne reste que deux clients, Marek, le patron du bar rentre...

Rien que ces 3 secondes qu'il m'a fallu pour comprendre valent tout l'or du monde... Il était plus torché que tout le monde réuni. Monica m'avait prévenu que ça arrive et qu'en principe il chante, danse etc. On verra bien.

Un peu plus tard, il a essayé de communiquer avec moi et je sais que ce n'est pas en Slovaque mais je ne sais toujours pas si c'était en Anglais... Il m'est un peu tombé sur le nez à ce moment-là malgré tous mes efforts (il a une tête de plus que moi et pas mal de kg). N'empêche que son arrivée a réveillé les deux derniers clients qui... ont attrapé l'accordéon (complètement foutu) et la guitare (en pas bien meilleur état) et ont fait n'importe quoi avec. Marek les a rejoints sous peu pour jouer du trombone (sans coulisse et complètement rouillé).

Je vous fais grâce du reste de la soirée...

 

Then I go to the French alliance to see a bit what it can be. I climb on top of the building and asked the receptionist / assistant if Charlene is in the neighborhood (in French, which is the minimum given the name of the place).
So I found Charlene in her office and she made me discover what the Alliances are These are associations that try to make a link between two countries (in this case, France and Slovakia) by making people discover cultures and providing language lessons. She did not have much time and lots of work, so she invited me to come the next day to see some workshops they will do for children ... and she tells me that tonight, people will meet for an English meeting wich stands .... in the bar where I sleep. Well, I do not even have to move.

On that, back to the bar where I spent the rest of the afternoon to read a bit, talk with Monica, the barmaide who speaks very good French despite her Slovak accent. Roberto will mix in another bar but I'm completely flat and therefore have no motivation to move. I remain there and in the evening there is no one who speaks English ... and not many people in any cases. I try to call Charlène to find out what happens, and it happens that the number she gave me a number with a number too many ... but which one?
Ok, so, I continue on my momentum and speaks with Monica, the pizza maker and others. Around 23:30, Roberto enters and begins to drink with the pizza maker. It allows me to try some different alcohols.
Around midnight, 0:30, while Roberto and the famous Pizzaiolo are now shouting like savages and there are only two customers left, Marek, the bar owner returns ...
Just the 3 seconds it took me to understand worth all the gold in the world ... He was more drunked than everyone together. Monica warned me that it happens and that in principle he sings, dances etc.. We'll see.

A bit later, he tried to communicate with me and I know it was not in Slovak, but I still do not know if it was in English ... He fell a bit on my nose at this moment despite all my efforts (he is a head taller than me and also some kg). Nevertheless, his arrival was awakened the last two customers who ... grabbed the accordion (completely destroyed) and guitar (not much better) and do nonsens things with it. Marek joined them soon for playing the trombone (without slide and completely rusted).

I will spare you the rest of the evening ...

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Celine et Helene. (mercredi, 12 décembre 2012 21:21)

    On n'arrive pas a commenter sur l'article de l'Autriche, donc on commente ici !
    On a sourit en voyant que tu étais a Vienne, car nous y sommes egalement depuis ce matin.
    On a trouvé une superbe auberge a 11 euros, peut etre es-tu dans la meme, mais sans doute pas car chez nous Internet est gratuit.
    Peut-etre se croisera t-on dans les rues ! (mais pas sure qu'on se reconnaisse^^). En tous cas ici, ca caille !!!
    Bon sejour en Autriche !!!

Pommiers de Marek
Pommiers de Marek

Jour 3

 

Le réveil n'a pas été trop dur pour moi, plus dur pour Roberto et BEAUCOUP plus dur pour Marek.

Apparemment, on va pouvoir aller chez lui pour prendre une douche car ils n'en ont pas installé dans le bar... étrange...

Marek me dit qu'on doit attendre que sa femme vienne "give me a kiss"... Je ne sais pas ce que ça signifie exactement, mais ça a gueulé pendant 20 min... baisers Slovaques ?

Sur ce, on se met en route vers la maison de Marek. De dehors, elle semble vieille et en mauvais état mais l'intérieur est nickel si on ne prend pas en compte le petit peu de bazar qu'il y a à l'intérieur (c'est pas à moi qu'on fera peur comme ça... ).

Par la suite, il revient et on mange un peu de pot-au-feu avant de visiter la maison. Au passage, il me fait découvrir ce qu'est une "Fujaza", instrument de musique typiquement Slovaque, utilisé par les bergers. Le son est totalement inhabituel. Suivant si on souffle fort ou non dedans, le son change et il y a trois trous à boucher, comme une flute.

Au rez-de-chaussée, il y a une sorte de vieille étable avec du bazar dans tous les sens. En même temps, il est artiste sculpteur, donc forcément, c'est le bazar. On visite son jardin, mangeons des pommes, retournons à l'intérieur, dans la pièce réservée aux instruments de musique et je vois qu'il y a un VRAI BORDEL par là.

On repart donc ensuite vers la ville.

Retour au bar et je vais directement à l'Alliance Française où je retrouve Charlène et une de ses collègues, Slovaque, mais qui, bien sûr, parle Français. Elles me présentent donc l'idée du jour, il y a 4 petits ateliers, un pour faire des cartes de Noël, un pour faire une couronne de Noël avec des petites branches de sapin, un pour la pâte à sel et un pour faire des petites décorations pour les arbres, mais, il n'y a que nous...

Je tente donc de faire une carte, ce qui n'est apparemment pas mon fort... on parle un peu, elle fait des petits papiers ou elle indique les mots classiques Français à mettre sur les cartes (Joyeux Noël, Père Noël, Joyeuses fêtes etc.). J'aide à faire la couronne, des enfants et adultes arrivent, certains parlent Français, d'autres Slovaque. Ambiance sympa et je repars au bar rejoindre Roberto qui m'avait proposé d'aller voir un bar à cocktails ou il va mixer sa musique.

Je pars donc, arrive au Bar et parle à une fille, seule au comptoir qui se trouve être la copine du pizzaiolo, correctrice de livres et sympa ! On parle un peu et Roberto me signale qu'il part au bar à cocktails. Je le suis donc.

J'arrive à l'endroit et c'est exactement le genre d'endroit sans âme que je n'aime pas, du genre comptoir noir carré, tables noires carrées, bancs blancs mais avec les cotés en noir, toutes les tables séparées par des espèces de petits murs (blancs), sol noir... Enfin, exactement le genre d'endroit pseudo chic où il est impossible de rencontrer quelqu'un (en étant conscient de ce qui se passe) et où il n'y a pas d'âme.

Donc, fuite vers le bar. Je retrouve Danielle, la copine du pizzaiolo et reprends la conversation.

On en vient à jouer aux cartes, je lui apprends un jeu, elle m'en montre un qui ressemble beaucoup au Rami (jeu que je jouais avec ma grand-mère allemande et ma famille) mais en plus court. Je lui montre ensuite le Rami et un de ses amis arrive vers la fin de la partie.

On discute donc, il finit la partie pour elle car ses parents sont arrivés et qu'elle va les rejoindre. Un autre de leurs amis arrive, puis un dernier. Et l'avantage est que tout le monde parle Anglais, donc tout va bien.

Entretemps, un gars arrive dans le bar et me salue en me demandant si je me souviens de la veille au soir... J'avoue que pas vraiment... Il revient vers moi et me montre quelques photos de la veille, justement... Ok, LÀ, je me souviens... Il retourne rejoindre sa copine et moi vers mon petit groupe.

Ils sont vraiment sympas et intéressants et j'ai pris le temps de leur apprendre un jeu de cartes très simple, peu connu, mais qu'on joue chez nous.

On finit la soirée à discuter jusqu'à ce que Roberto vienne et me signale qu'il est temps de se mettre en route vers Bratislava, à 2 h du matin, mais on va passer la nuit dans l'hôtel d'un de ses amis, à Banská Štiavnica.

On y va donc, allons d'abord dans un bar dont il connait le propriétaire, puis dans cet hôtel qui semble totalement désert et où on passe une bonne nuit.

Chez Marek
Chez Marek

Day 3

The awakening was not too hard for me, harder to Roberto and MUCH harder for Marek.
Apparently, we will be able to go to his home to take a shower because they do not have one installed in the bar ... strange ...
Marek tells me we must wait for his wife to come to "give me a kiss" ... I do not know what that means exactly, but it yelled for 20 minutes ... Slovaks kisses?
With that, we starts up towards the house of Marek. From outside, it seems old and in poor condition but the interior is all right if we do not take into account the little mess that is inside (it's not me that will scare this way ...).
Thereafter, he returned and we eat a bit of beef stew before visiting the home. Before that, he makes me discover what a "Fujaza", musical instrument typically Slovak, used by shepherds. The sound is completely unusual. Depending on whether you blow hard or not into it, the sound changes and there are three holes to close, like a flute.
On the ground floor there is a kind of old barn with some mess in every way. But, he is sculptor, so obviously there must be a mess somewhere. We visit his garden, eat apples, back inside, to the room reserved for musical instruments and I see that there is a REAL BIG MESS there.

So back we go to the city.
Back at the bar and I go directly to the French Alliance where I found Charlene and one of her colleagues, Slovak, but who, of course, speaks French. They show me so the idea of the day, there are 4 small workshops, one to make Christmas cards, one to make a Christmas crown with small fir branches, one for salt dough and one to make small decorations for trees, but there is only us ...
So I try to make a card, which is apparently not my strong point ... we talk a bit, she makes little papers on wich she write classic French words to write on the card (Joyeux Noel, Pere noel, Joyeuses fêtes, etc..). I help a bit to make the crown, children and adults arrive, some speak French, others Slovak. Nice atmosphere and I leave to go to the bar to join Roberto who offered me to go to a cocktail bar where he will mix his music.
I therefore arrives at the bar and talk to a girl, alone at the counter who happens to be the girlfriend of the pizza maker, books corrector and nice ! We talk a bit and Roberto tells me he leaves to go to the cocktail bar. I therefore follow him.

I get to the place and this is exactly the kind of place without a soul I do not like, the type black square counter, square black tables, benches white but with black sides, all tables separated by species of small walls (white), black floor ... Finally, exactly the kind of pseudo-chic place where it is impossible to meet someone (being conscious of what is happening) and where there is no soul.
So, fleeing to the bar. I find again Danielle the pizza maker's girlfriend and resume the conversation.
We come to play cards I teach her a game, she showed to me one very similar to Rami (game I played with my German grandmother and my family) but shorter. I then showed her the Rami and one of her friends arrived near of the end of the game.
So we talk, he ended the party for her because her parents arrived and she goes to join them. Another of their friends arrive, then a last one. And the advantage is that everyone speaks English, so everything is all right.
Meanwhile, a guy comes into the bar and greets me asking me if I remember the previous evening ... I admit that not really ... He came back to me and shows me some pictures of the previous evening ... Ok, NOW, I remember ... He returned to join his girlfriend and me to my small group.
They are really nice and interesting, and I took the time to teach them a simple card game, little known, but we play at home.
We ended the evening talking until Roberto came and tells me it is time to get on the road to Bratislava, at 2 am, but we will spend the night in a hotel from one of his friends, in Banská Štiavnica.
We therefore go there, go first in a bar where he knows the owner, and then to this hotel which seems completely deserted and where we spend a good night.


Banská Štiavnica
Banská Štiavnica

Jour 4

 

Réveil tranquilou à l'hôtel. On va dans le même bar que celui où on est passé la veille au soir et on boit un café (lui) et un thé (moi).

La serveuse est sympa et parle très bien Anglais. Elle me dit qu'elle est rentrée au pays il y a 2 ans et que, avant, elle a voyagé un peu partout autour du monde durant 13 ans...

Bon, avec tout ça, je ne sais pas si je vais le finir un jour, mon voyage, vu comme c'est parti et vu qu'apparemment il est possible de voyager sans fin... On verra plus tard.

On reste un peu plus de temps dans le bar, on parle un peu, elle me dit que, une fois, deux Américains sont venus pour deux ou trois jours dans la ville, ils ont passé tout leur temps au bar à parler avec tout le monde et, plutôt que de partir visiter plein d'endroits en Europe, comme prévu, ils ont passe 3 semaines sur place. Pourquoi pas ?

Sur ce, on se met en route et allons saluer des amis de Roberto dans une gare. Apparemment, il y aura un concert de saxophone le soir, dans la gare, mais pour le moment, elle ne sert que de gare.

On reprend donc la route, direction Bratislava.

On arrive donc et allons chez des amis de Roberto. Lutti (le chien) est tout excité, c'est sa maison apparemment. Ils ne parlent que très peu Anglais et ne m'íncitent pas à la conversation, même s'ils semblent être des personnes sympas et ouvertes.

On sort faire un petit tour avec les enfants (un petit garçon, une petite fille et un petit bébé).

La ville semble plutot jolie et on va au bord du Danube qui passe par là. Il fait assez froid et je n'ai pas pris ma grosse veste...

Par la suite, on va dans le bar où Roberto doit mixer. Il demande aux gens qui sont là le type de musique qu'ils aimeraient avoir et finalement ce sera du reggay (on n'est pas passé loin de la techno pourrie ou du Dubstep...). Un peu plus tard, son ami Vido nous rejoint et il apprend qu'il ne sera pas payé... sympa le barman. Il a droit à 15 euro de consommation au bar, mais c'est tout...

Bon, sur ce, il se met au travail. Moi, je lis et écris tranquillement dans un petit coin.

À un moment, Stano, l'ami de Roberto chez qui on va passer la nuit, fait un passage éclair dans le bar et repart...

Je finis par aller parler à des gens mais ils ne parlent pas Anglais, donc on parle en Allemand. La conversation ne démarre pas vraiment, ça ne passe pas... Au bout d'un moment, Roberto décide de partir car il en a marre et, en tous cas, il n'est pas payé ici. On se sauve donc. Et allons à l'appartement de Stano où on passe une petite nuit.

Banská Štiavnica et un château sur la colline
Banská Štiavnica et un château sur la colline

Day 4

Awakening unhurriedly in the hotel. We go in the same bar than where we went the night before and drink a coffee (him) and tea (me).
The waitress is friendly and spoke very good English. She said she came home 2 years ago and before, she has traveled all over the world for 13 years ...
Well, with all that, I do not know if I'll finish it one day, my journey, seen how it goes and knowing that apparently it is possible to travel without ending ... We will see later.
We stay a bit longer in the bar, talking a bit, she told me that once, two Americans came for two or three days in the city, they spent all their time at the bar talking with all the people, and rather than go and visit lots of places in Europe, as planned they have spent three weeks there. Why not?
With that, we go away and will greet Roberto friends at the train station. Apparently, there will be a concert of saxophone at night in the station, but for now, it is used only as station.

So we take the road towards Bratislava.
So we arrive and go to the house of friends of Roberto. Lutti (the dog) is excited, it is his house apparently. They speak very little English and did not íncite me to start the conversation, even if they seem to be nice people and openminded.
We go out for a walk with the children (a boy, a girl and a baby).
The city seems rather nice and we go along the Danube that passes by. It was quite cold and I did not took my big jacket ...
Subsequently, we go to the bar where Roberto wil mix music. He asked the people who are there the kind of music they would like to have and finally it'll be reggay (it did not pass far from the rotten techno or Dubstep ...). A bit later, his friend Vido joined us and he learns he will not be paid ... nice bartender. He is entitled to 15 euro drink at the bar, but it's all ...
Well, on this, he goes to work. I read and write quietly in a corner.
At one moment, Stano, Roberto's friend in which flat we will spend the night, made ​​a quick visit to the bar and went away...
I finally went to talk to people but they do not speak English, so we spoke in German. The conversation did not start really, the flow don't come ... After a moment, Roberto decides to leave because he's borred and in any case he is not paid here. We therefore flee. And go to Stano's apartment where we spend a short night.

Jour 5.

 

On se réveille tranquillement, allons acheter du thé et café pour Stano et des croquettes pour Lutti.

On retourne voir les amis de Roberto, ils ne parlent toujours pas Anglais.

Par la suite, on sort et allons dans un salon de thé se tenant dans un ancien bunker, donc 5 ou 6 m sous le sol. L'entroit est joli et d'après les thermomètres, balances et timers qu'ils utilisent, ils savent faire du thé.

D'ailleurs, je bois un petit thé sur place alors que Roberto va faire un tour.

Quand il revient, il m'amène dans un bar pas très loin et à l'ambiance plutôt chaleureuse où il y a Internet et j'en profite pour emprunter le PC de Roberto pour tenter de rattraper un peu le retard accumulé sur ce site. Le pc est un Epc, donc tout petit, ça complique les choses tout ça !

On sort dans la cour à l'étage (enfin, au niveau du sol en fait, car le bar est en sous-sol), on mange un petit truc, je me retrouve avec une sorte de hamburger fait avec deux VRAIS pains, deux tranches de porc et des oignons. Pendant que le cuistot préparait ça, on parle un peu et il me dit d'aller voir sur les verres à bière du bar ce qui est marqué car je suis Français...

  Je descends, regarde, remonte... Bernard Pivo... Oui, le bonhomme qui fait la dictée... sauf qu'il manque un T à la fin, mais bon. On parle encore un peu et je vais rejoindre Roberto et finis mon "hamburger" sans "ham"

  Par la suite, on sors pour aller rejoindre Stano. Sur la route, je vois un espèce de cercle bizarre en laiton... Il est indiqué dessus la distance entre ce point et différentes capitales. Paris est à un peu plus de 1000 km.

  On retrouve donc Stano et retournons au salon de thé. Juste un peu avant, je leurs dis qu'il faut que j'aille chercher mon écharpe dans le bar ou on était la veille et que je les rejoins au salon de thé.

  Donc, direction bar, retour au salon de thé et... personne...

  Bon bha heuuuu... j'attends gentiment, ils vont revenir je pense. Thé + livre dans un petit coin... 10 min plus tard, ils reviennent. Ils étaient partis boire une petit vodka. Ils sont accompagnés de deux filles, Zuza et Lenka. On boit un petit thé tous ensemble, elles sont sympas et, surtout, parlent Anglais.

Un peu plus tard, on change d'endroit pour aller dans un bar pas très loin de là. La bière coule à flots et la soirée est bien agréable.

  Ensuite, retour à l'appartement de Stano pour une bonne grosse nuit (j'avoue ne pas me souvenir du chemin en entier... mais tout est là, appareil photo, passeport, clés, tête et habits).

Le salon de thé dans un bunker
Le salon de thé dans un bunker

Day 5.

We wake up quietly, go to buy tea and coffee for Stano and biscuits for Lutti.
We return to see Roberto's friends, they still do not speak English.
Later, we leave and go to a teahouse standing in an old bunker, so 5 or 6 m below the surface. The place is pretty and by looking at the thermometers, timers and scales they use, they know how to prepare tea.
Besides, I drink a little tea on site while Roberto will go out.
When he returns, he brings me in a bar not far away and with a rather warm atmosphere where there is internet and take this opportunity to borrow the computer of Roberto to try to catch back a bit the accumulated delay on this site. The computer is a Epc, so, verry tiny, it complicates things that all!
We go out in the yard upstairs (well, at ground level, in fact, because the bar is in the basement), we eat a small thing, I end up with a kind of hamburger with two TRUE breads, two pork slices and onions. While the chef prepared it, we talk a bit and he told me to go in the bar to see what is marked on beer glasses because I am French ...

I go down, looks, comes back ... Bernard Pivo ... Yes, the guy who does the dictation ... except that it lacks a T at the end, but ok. We talk a bit and I will join Roberto and finished my "hamburger" without "ham"
Subsequently, we go out to join Stano. On the road, I see a strange kind of brass circle on the floor ... On it is Indicated the distance between this point and different capitals. Paris is at just over 1000 km.
We thus find Stano and return to the teahouse. Shortly before it, I say that I gotta get my scarf in the bar where we were the day before and I will join them in the tea room.

Therefore, towards the bar, back to tea and ... nobody ...
Heuuuu bha ok ... I wait quetly, I think they will come back. Tea + book in a small corner ... 10 minutes later, they come back. They had gone to drink a bit of vodka. They are accompanied by two girls, Zuza and Lenka. We drink a tea together, they are friendly and most importantly, speak English.
A bit later, we changes of place and go to a bar not far away. The beer flows freely and the evening is nice.
Then back to Stano's apartment for a good big night (I confess I do not remember the whole way back ... but everything is there, camera, passport, keys, head and clothes).

Le château
Le château

Jour 6.

 

Aujourd'hui, Roberto me propose d'aller jeter un coup d'oeil au château avec le fils de ses amis qu'on avait vus le premier soir (oui, un nom aurait été plus simple mais retenir un nom ne l'est pas toujours !).

Bon, nous nous réveillons, ne prenons pas de petit-déjeuner mais un café/thé et nous mettons en route vers l'école où il finit les cours vers 14 h.

Il sort et nous allons faire un tour au château.

Il faut reconnaître que c'est un joli tas de cailloux tout ça. Les sculptures sur les portes à l'entrée de la place devant le château étaient intéressantes, complètement différentes de ce qu'on voit d'habitude.

Normalement, on voit un espèce de bonhomme avec armure, lance et/ou épée et bouclier qui monte la garde (sauf qu'il ne monte pas la garde, vu que c'est une statue...). Mais là, c'était juste les armures et armes, sans le bonhomme dedans, posées sur des sortes de rateliers (on parle bien d'une sculpture ornementale)... Regardez les photos, vous comprendrez (j'espère !).

  Par la suite, on retourne chez les amis de Roberto pour leur rendre leur fils (personellement, je ne saurais pas quoi en faire). On reste un peu, ils parlent en Slovaque, moi, j'apprécie le fait d'avoir appris à être patient en faisant du Stop, puis on va dans un bar qui se trouve être juste en bas de chez eux, car il y aura là ce soir un concert où une des amies de Roberto joue du violon (décidément, il en connait du monde !).

J'y vais, parle un peu avec eux mais, finalement, ils parlent entre eux en Slovaque car Stano, qui nous a rejoints, a un groupe de musique (dont j'ai pu profiter de la musique tout juste enregistrée) et ils ont à parler "Boulot".

Un peu plus tard, je me dirige vers la salle de concert, à l'étage où la musique semble avoir demaré. J'y retrouve Roberto qui m'introduit auprès d'une amie. Je dois avouer que cette fille était vraiment très, très étrange... Autant j'ai connu et je fréquente des gens bizarres mais, là, c'était un record.

Disons que j'ai commencé à lui parler avec les platitudes habituelles pour démarer une conversation et toutes ses reponses étaient complètement inattendues. Ça répondait bien à la question mais sans vraiment y répondre... après 4 ou 5 fois, je ne savais plus où j'en étais, moi... très intéressant comme caractère.

Sur ce, Roberto me présente An (oui, juste A - N, prononcer "Anne") qui est la violoniste dont il m'avait parlé. Ce qu'il ne m'avait pas dit, c'est qu'elle parle Français. On parle un peu puis elle va rejoindre les artistes sur scène.

Je dois avouer qu'ils étaient tous vraiment bons, je suis reste scotché au siège. An aussi était douée, étant donné qu'elle jouait du violon en improvisation avec des gens jouant plutôt un répertoire rock/jazz/blues, ce que je n'avais encore jamais vu jusqu'à présent.

Autre chose inattendue aussi, UNE guitariste, ça aussi c'est assez rare de voir une femme jouer de la guitare sur scène, hélas, en général, c'est plutôt des hommes.

Tout ce petit monde jouait vraiment bien, rien à dire à ce sujet là.

L'une des portes de la cour du château
L'une des portes de la cour du château

Day 6.

Today, Roberto offered me to go take a look at the castle with the son of his friends we had seen the first night (yes, the name would have been easier, but to remember a name is not always easy).
Well, we wake up, do not take breakfast but coffee / tea and we go away to school where he finished the course at 14 h.
He goes out and we'll take a look at the castle.
It must be recognized that this is a nice pile of stones that stuff. The carvings on the doors at the entrance of the square in front of the castle were interesting, completely different from what we usually see.
Normally, we see a kind of guy with armor, lance and / or sword and shield who stands guard (except that it does not stand guard, as it is a statue ...). But there, it was just armor and weapons without the man inside, resting on some kind of racks (we are talking about an ornamental sculpture) ... Look at the pictures, you'll understand (I hope).
Thereafter, we return to Roberto's friends to give them back their son (personally, I would not know what to do with him). We stay a bit, they speak Slovak, I appreciate having learned to be patient by doing hitchhicking, then goes into a bar that happens to be just down of their home, because tonight there will be a concert where one of the friends of Roberto plays the violin (really, he knows a lot of people).

I go there, talk a bit with them, but ultimately they speak among themselves in Slovak because Stano, who joined us, has a band (which I could enjoy the just recorded music) and they talk "Work".
A bit later, I headed to the concert hall, upstairs where the music seems to have started. I found Roberto who introduced me to a friend. I must admit that this girl was really, really strange ... As much I knew and I frequent weird people, but there was a record.
Let's say I started talking to her with the usual platitudes to start a conversation and all answers were completely unexpected. It answered well to the question, but without really answering ... after 4 or 5 times, I no longer knew where I was ... very interesting as a character.
With that, Roberto present me An (yes, just A - N, pronounced "Anne") which is the violinist of whom he had spoken. What he had not said is that she speaks French. We talk a bit and then she will join the performers on stage.
I must say they were all really good, I was stuck to the seat. An also is gifted as she played the violin by improvisation with people playing a directory rather rock / jazz / blues, that I had never seen before.
Another unexpected thing too, a woman guitarist, as well it is rare to see a woman playing guitar on stage, unfortunately in general, it is more men.
All these people played really well, nothing to say about it.

Jour 7.

 

Cette nuit, Stano a dormi avec nous, donc mon matelas a bien servi.

Apparemment, je suis un peu malade mais lui aussi. Il faut dire qu'il a ouvert la fenêtre durant la nuit (il fait dans les 0 degrés la nuit) et je pense aussi que le fait de me balader avec pas grand chose sur le dos le premier jour à Bratislava et avoir eu froid durant peut-être 2 h a aidé à ça...

Bah, franchement, c'est très chiant le mal de gorge... Enfin, bon, écharpe autour du cou et hop, c'est parti !

Ce coup ci, on va chez des amis de Roberto. Son portable n'a plus de batterie, donc on a pu trouver la maison (pas encore finie) assez vite, mais par chance.

On y entre, la maison n'a pas de portes à l'intérieur et, à l'extérieur, il se met à neiger mais de la vraie neige avec des vrais flocons qui restent au sol et qui le rendent tout blanc... enfin, de la neige quoi.

Entre temps, on parle un peu, Roberto demande à faire fonctionner le petit clavier numérique qu'il vient d'acheter et qui n'est apparemment pas reconnu par le PC. Moi, je bois un thé puis une infusion d'herbes et épices avec du lait qui est sensée me guérir un peu (ça débouche les narines, c'est sûr !).

On parle un peu, puis on se met en route. On va vers une source qui est "Bénite", ce qui me permet de remplir une de mes bouteilles d'eau avec de la bonne eau de source et on repart vers Bratislava.

Aujourd'hui, Roberto mixe de la musique dans le salon de the. Je transporte son enceinte sur place et reste un peu a lire tranquillement en ecoutant la musique, qui colle bien avec l'endroit. Un peu plus tard, An viens et se mets a jouer du violon pour accomüpagner la musique. On parle un peu, mais apparemment elle est beaucoup trop musicienne, donc je la laisse a sa musique et reourne a mon livre. Quelques minutes plus tard, un homme arrive et me parle en Francais. Il est le proprietaire du bar et est Slovaco-Francais. Tres sympathique, on passe pas mal de temps a parler en Francais. Il repars et moi, retourne a mon livre.

Je vais me mettre un peu plus loin dans le salon, il fais froid proche de la porte et quelques temps plus tard, Stano me rejoins. rebelotte, on parle tranquillement.

Finalement, le salon de the ferme et on rentre se coucher tranquillement, une fois de plus a l'appartement de Stano.

Une église à Bratislava
Une église à Bratislava

Day 7.

That night Stano slept with us, so my mattress was useful.
Apparently, I'm a bit sick but him too. It must be said that he opened the window during the night (it's 0 degrees during the night) and I also think the fact that I walk around with not much clothes on me the first day in Bratislava and have been cold during perhaps 2 h it helped to ...
Well, frankly, it is very annoying sore throat ... Finally, agood scarf around the neck and hop, it's gone!
This time , we go to friends of Roberto. His cell phone has no battery, so we could find the house (not yet finished) fairly quickly, but by chance.
We enter the house wich has no doors inside and, outside, it starts to snow, but real snow with real flakes remain on the ground and make it all white ... Finally, snow anyway.
Meanwhile, we talk a bit, Roberto request to make work the small keypad he just bought and wich is apparently not recognized by the computer. I drink tea and an infusion of herbs and spices with milk that is supposed to heal me a bit (it opens the nostrils, that's for sure!).
We talk a bit, then go away. We're going to a source that is "Holly", which allows me to fill one of my water bottles with good source water we go to Bratislava.

Today, Roberto mix music in the tee house. I carry his down there speaker and, stay a bit to read quietly listening to music, which fits well with the place. A bit later, comes An and start to play the violin to accompany the music. We talk a bit, but apparently she is too much a musician, so I let her to her music and go back in my book. A few minutes later, a man comes and speaks to me in French. He is the owner of the bar and Slovak-French. Very friendly, we spend a lot of time speaking French. He leave and I returned to my book.
I'm going a little further into the tea house, it is cold near the door and some time later, Stano join me. One more time, talking quietly.
Finally, the tee house closes and we go to sleep quietly once more to Stano's apartment.

Bernard Pivo(t)
Bernard Pivo(t)

Jour 8.

 

Aujourd'hui, Roberto repart vers l'Est de la Slovaquie, ce qui n'est pas du tout ma route, donc, il me depose en ville et je le laisse rejoindre ses amis après lui avoir fait mes adieux et pars pour trouver une auberge où passer la nuit ET faire une lessive (ça fais deux fois que je porte les sous-vêtements de la veille, ça commence à faire...).

Donc, marcher, auberge, lessive, Internet, écrire ici, attendre que la lessive se fasse => Internet, lessive finie? non => Internet, lessive finie. Sèche linge => Internet... sèche linge interminable, je sors acheter quelque chose à manger, puis retourne écrire... Finalement, c'est fini, je mets tout dans la chambre, je m'occuperai de ça demain en faisant mon sac. Puis je sors dans la ville voir un peu comment c'est car, l'air de rien, j'ai passé pas mal de temps dans les bars mais je n'ai pas tellement visité.

  Je fais donc un petit tour, repasse par des endroits déjà connus, fais le tour de la ville etc. et finis dans le bar sympa en sous-sol où on avait été deux jours plus tôt. Je lis en buvant un thé avec du miel (bon quand on a mal à la gorge) et le vendeur de hamburger arrive et vient s'installer à ma table. Il a un bon Anglais, donc c'est facile de parler. Apparemment, il vend des "hamburger", mais est aussi... le propriétaire du bar. Comme quoi, ne pas se fier aux apparences et traiter tout le monde d'égal à égal, ça a du bon, parfois !

On parle donc un peu, il retourne rejoindre ses amis, je finis de lire et pars faire un tour avant d'aller me coucher gentiment.

Une boite aux lettres
Une boite aux lettres

Day 8.

Today, Roberto gos back to the east of Slovakia, which is not my way, so he deposited me in the city and I let him join his friends after having said goodbye and go to find an inn to spend the night AND do laundry (I have twice weared the underwear of the day before, it starts to do ...).
So, walk, hostel, laundry, Internet, write here, wait until the laundry is done => Internet, laundry over? no => Internet, laundry finished. Dryer => Internet ... dryer endless, I go buy something to eat, then back to write ... Finally, it's over, I put everything in the room, I'll deal with it tomorrow by doing my bag. Then I go out into the city to see a bit how it is, because in the end, I spent a lot of time in bars, but I have not really visited.
So I go to do a little walk around to pass through areas already known, go around the city etc. and finished in the nice bar in the basement where we had been two days earlier. I read while drinking tea with honey (good when you have a sore throat) and the burger seller arrives and comes to sit at my table. He has a good English, so it's easy to talk. Apparently he sells "hamburger", but is also ... the owner of the bar. Like what, not to be fooled by appearances and treat everyone as an equal, it is good sometimes!
We talk a bit, he returned to join his friends, I finished reading and go take a walk before going to bed quietly.

Gare de Bratislava
Gare de Bratislava

Jour 9.

 

Réveil etc, puis, grosse crise de flemme... Vienne est à 60 km de Bratislava, je vais prendre le train...

Mais avant ça, je passe un peu de temps à écrire ici, comme d'habitude, mais aussi sur le site de couch surfing, car Nuremberg est juste hors de prix (ou alors, je dormirai peut-être sous la tente quelque part en dehors de la ville durant quelques jours...).

Je prends donc le bus, sans encombre, prends mon train, sans encombre, m'emm**** fermement dans le train et arrive à Vienne.

 

 

Day 9.

Awakening etc, then big crisis of laziness ... Vienna is 60 km from Bratislava, I'll take the train ...
But before that, I spend some time to write here, as usual, but also on the site of couch surfing because Nuremberg is just out of price (or I may sleep under my tent somewhere out of town for a few days ...).
So I take the bus safely, take my train safely, I'm firmly borred in the train and arrived in Vienna.

Un des grands malheurs de la vie moderne, c’est le manque d’imprévu, l’absence d’aventures. Théophile Gautier

 

 

One of the great misfortunes of modern life is the lack of unexpected things, the absence of adventures. Théophile Gautier

Arrivé à Rome le 15 mars !

 

Arrived at Roma on the 15th of March!

Le voyageur ne connaît rien de l'endroit où il va, le touriste ne connaît rien de l'endroit où il est allé.

The traveler knows nothing of where he goes, the tourist knows nothing of where he went.

Lisez la suite de mon voyage sur :

Read the rest of my travel on :

 

http://zepeu-s-world-2013.jimdo.com

Mon tour du monde en stop ?

http://florianthehitchhiker.jimdo.com